Pudep-yeah

A propos

Trucs


Trucs | Vendredi 10 Novembre 2006

behind an alien

Il y a des jours avec et des jours sans. Manifestement hier était un jour über sans.
Quand j'étais au collège - allez savoir pourquoi - une semaine par an, souvent au mois de mars, j'avais l'habitude de me vautrer tous les jours dans des circonstances étranges; je cassais des chaises à mains nues, je taclais les cahiers d'appels et je jouais avec des fenêtres et des p'tit suisses.
Depuis quelques années, je ne tombe plus. Je me suis acheté de l'équilibre et parfois même je nargue le destin, perchée sur des talons.
Han.
Non, cette année, je fais dans l'électronique.
A croire que j'ai du mal avec les machines.
Explications:
Afin d'accroître la culture musicale de mes camarades et de leur faire découvrir mes nouveaux chéris, j'ai pris l'initiative de récupérer les baffles d'un ordinateur lambda de ma salle de cours (oserais-je préciser qu'il s'agissait de l'ordinateur réservé au digne représentant de l'équipe pédagogique? *ahem*)
Par un malheureux rapport de cause à effet, j'ai lamentablement, oui j'avoue, laissé tomber la prise secteur, qui s'est sentie obligée d'aller cogner l'écran plat assez violement pour s'en tordre les fiches.
En passant ma main sur ledit écran plat, je me suis aperçue qu'il présentait "comme une petite bosse"
"Merde les gens, je crois que j'ai abimé l'écran..."
Effectivement, en l'allumant, j'ai noté comme une petite zone de pixels morts.
Genre 2/3 de l'écran.
Genre j'ai transformé ce LG 19 pouces en écran tactile: quant tu touches la zone, elle change de couleur.
Yeah.
Une heure plus tard environ, alors que je m'apprétais à quitter l'établissement, je décidai d'aller faire quelques photocopies.
Il faut savoir qu'à Gobelins, au début de l'année, on nous fournit 2 cartes : une pour le self, et une pour les photocopies.
Ayant eu ma dose de petits pois carottes et steaks mal cuits durant mes années de primaire, j'ai décidé de bouder le self et d?'utiliser plutôt mes tickets resto chez les différents jap qui pullulent dans le quartier.
Autant dire que pour moi, ces cartes servent uniquement à alourdir un peu plus mon porte feuille.
Si bien qu'au moment de choisir laquelle des deux cartes servait à la photocopie, je décidais de bouder la verte et d'introduire la marron.
Nice try.
Vouloir photocopier avec sa carte de self n'est manifestement pas du goût de la photocopieuse (ce qui, soit dit en passant, me conforte dans mon choix d'utiliser mes tickets resto).
Ma carte de cantine est donc à l'heure actuelle toujours bloquée dans l'appareil.
Je ne pourrai même pas nier car mon nom figure dessus.
Tout ça pour dire qu'en une seule et même après-midi, j'ai réussi le challenge extraordinaire de venir à bout d'un écran 19 pouces et d'une photocopieuse, tout ça sans même le faire exprès.
Quelque peu soucieuse des suites éventuelles de cette journée mémorable, je téléphonai à madame ma mère, histoire de m'assurer que, oui, je possède bien cette responsabilité civile dont elle ne retrouve pas le papier.
Lui racontant ma folle journée, je précisai quand même que je n'étais pas certaine qu'il faille que ma propre assurance intervienne dans cette affaire.
"Oh tu sais, moi, quand j'ai décapité la sainte vierge à l'école, c'est mon assurance qui a du payer"

Rassurée par cet aveu - ma propre mère ayant commis un blasphème équivalent dans la communauté catholique à celui que j'avais commis dans la communauté geek, je raccrochais le coeur léger, priant pour que le reste de ma journée ne se termine pas en catastrophe nucléaire, si par inadvertance j'appuyais sur un quelconque mauvais bouton.

Trucs | Lundi 16 Octobre 2006

stand on the world

Clément, s'adressant à François travaillant dans l'obscurité "Mort au noir!"
Moi, pensant capter des propos racistes et jouir prochainement du lancement d'un debat houleux "Comment?"
Clément, de plus belle, avec un petit sourir faussement fashiste "Oui ! mort au noir !!!"

Puis soudain il se rappela qu'un homme, noir au demeurant, était en train de nettoyer les vitres de l'agence...

Trucs | Mercredi 11 Octobre 2006

_

Je viens de passer 30 minutes à taper un post qui s'est perdu dans les méandres d'une session expirée.
Je suis fannée.
Qu'on me donne une corde.

Trucs | Mardi 10 Octobre 2006

I'vegottobreathtostayalive

Du café.
En intraveineuse.
Et plus vite que ça.
Je ne suis pas certaine qu'un être humain puisse survivre avec une moyenne de 20h de sommeil par semaine. Mais je suis du genre à aimer les défis, et je relève celui-ci à la science: bordel, je tiendrai.
Ma rentrée à Gobelins se passe vraiment bien.
Trop bien même, c'est pourquoi je ne poste plus. Je vais finir par être super malheureuse de ne rencontrer que des gens coul, de qui je ne peux pas dire de mal.
Bon, certes, y'a bien quelques champions dans mon entourage, mais rien d'exceptionnel, rien qui ne puisse être matière à débat.

Je passe ma vie dehors.
Entre cremaillères émo et concerts pornographiques, je jongle d'une vodka à une autre, maintenant ainsi une moyenne constante de 2 grammes 5 de sang dans tout mon alcool.
Je serai d'ailleurs ce soir au concert de mon captain préféré, telle une groupie fanatique, la culotte qui palpite, attendant impatiemment qu'il m'écrive une chanson d'amour.

J'ai fait la connaissance de gens compétents. Et ça, c'est assez nouveau pour moi.
Des graphistes qui rox, à qui - oserai-je - demander de me dessiner des trucs sur le corps, avec une aiguille et de l'encre de Chine.

Plein de projet en somme.
Je vous tiendrai au courant mes lapins, c'est promis. Bien à vous.

URL : http://92250.free.fr/myspace/9billards.jpg

Trucs | Jeudi 24 Août 2006

I'll be there

Soirée SG

Trucs | Mercredi 12 Juillet 2006

F18

A quelques jours d'embarquer ma 306 à destination de Calvi, je me disais que, quand même, il m'arrive des choses formidables ces temps-ci, et je n'en parle pas, je me tais, je m'abstiens. J'en rigole égoÏstement dans l'intimité de ma réception, entre un allemand qui cultive la mode des chaussettes/spartiates, et deux jeunes canadiens, beaux, bronzés, musclés, et champions de catamaran.
Car oui, comme l'an dernier, je me retrouve à réceptionner nos amis les touristes venus claquer leurs congés payées dans des brasseries dégueulasses dont le seul mérite (les brasseries j'entends) est de se situer face au port, le port et ses effluves maritimes. (là en revanche je parle des touristes canadiens)
Non, blague à part, la région est belle, le boulot facile et la paye conséquente: une planque.
Cependant, dans mon centre vacances d'hotelerie de plein air, appelé plus communément camping-mais-ça-fait-cheap-alors-j'aime-pas, on trouve un restaurant.
Vous me direz, "Youpi ! Y'a plus qu'à sympathiser avec le barman, et yalla les soirées piscines bourrées à la vodka".
Je vous répondrai: non. Non, pas ici.
La vodka est ici ce que le soleil est à Paris : un luxe qui coûte cher.
Quoi qu'il en soit, en ce qui me concerne j'ai paré au problème grâce aux clients du numéro 77: un apéro franc et généreux, une bouteille de Limoncello faite maison suivie de deux bouteilles de rosé. A trois.
Je me suis réveillée par terre chez moi vers 23h avec pour seul souvenir, la terrasse ensoleillée d'un mobilhome 4 personnes. Malgré ma migraine et mon état d'ébriété persistant, je trouvais que la terre avait tournée bien vite cet après-midi là.
Soit, pour en revenir à ce fameux restaurant, Leila mon amie du lycée, avait trouvé par mon intermédiaire une place en tant que vendeuse de glaces. Elle a du courage Leila, parce que moi, filer des Magnum à des morveux en surcharge pondérale avancée, qui te disent même pas merci de les avoir considéré l'espace d'une seconde alors qu'ils le méritent pas, parce qu'ils sont moches, parce qu'ils sont gros, parce qu'ils ont 7 ans et qu'il leur manque des dents, je pourrais pas. Mais là n'est pas le problème en réalité.
Leila s'était vu attribuée une chambre au dessus du restaurant, logement saisonnier sympathique bien qu'étouffant par cette chaleur estivale, et elle partageait son palier avec le futur barman, celui de qui il fallait être appréciée, il en allait de notre bien à toutes les deux.
Ce barman, prénommé Youri, était russe, et avait été légionnaire dans sa prime jeunesse. Extrêmement gentil au demeurant mais plutôt effrayant lorsqu'il vous rappelle à l'ordre "Calrte bleu a palrtilr de 20 yeulros". (Grishka salade de doigts.)
De quoi vous désintoxiquer n'importe quel Polonais.
La rencontre entre Leila et Youri augurait de sanglantes conversations : intimement persuadée que Youri allait surgir dans sa chambre pendant son sommeil pour tenter de l'assassiner à la faucille et au marteau, elle craignait ce grand slave à l'allure nonchalante; imaginez sa réaction lorsqu'il voulu lui demander l'autorisation de lui dire 'tu'.
Au détour d'un couloir il demanda : "Ye pe te toué ?"
Choquée sur l'instant, elle vit sa vie défiler devant elle, puis elle comprit la syntaxe error et se sentit alors parfaitement stupide, car Youri-le-barman est en fait doux comme un agneau. Quand on sait qu'il fut légionnaire, ça laisse perplexe, je vous l'accorde. (bah) (})
Aujourd'hui, Leila n'est plus là. La menace ne venait donc ni de Youri, ni des morveux.
Elle venait d'ailleurs, d'un monde peuplé de Snoopy, où le PQ est rationné (genre t'as pas le droit de chier plus de 4 fois par semaine), et ou les gels douches sont d'affreux parasitent qui pullulent en milieu humide.
C'est certain, quelques jours de musique à Calvi me feront le plus grand bien.
On s'retrouve en latin !

Trucs | Vendredi 9 Juin 2006

syndication

Pudep-yeaH possède désormais son flux RSS. En attendant le fil ATOM et autres gadgets 2.0, je vous invite à vous tenir au courant dès l'arrivée de nouveaux posts grâce à mon nouveau jouet.

Trucs | Lundi 5 Juin 2006

le lundi c'est RTT

Vous (me) l'avez tous (fait) remarqué(r), je poste moins.
Outre une flagrante perspicacité de votre part, je ne peux que reconnaître... que vous avez raison.
Mais laissez moi vous expliquer le pourquoi de ce silence.
Voilà, j'ai un grand père, un papou super, qui possède à son actif au minimum une bonne demi douzaine de télévisions et qui, à lui seul, pourrait ouvrir un musée des évolutions du monde de l'électronique. Car oui, mon papou fut le premier homme de plus de 70 ans à acheter un lecteur DVD graveur + disque dur de 80Go moins de 3 jours après sa sortie, et à comprendre son fonctionnement, ce qui est tout de suite moins évident si l'on considère tous les paramètres.
Fidèle adhérent FNAC, vous le reconnaîtrez à son franc parlé et à son accent du sud si joliment assorti à sa gestuelle de méditerranéen. Mon grand père c'est aussi la ponctualité poussée à son paroxysme, le festival des phrases à trous, et l'exacerbation des "choses" et des "machins".
Et bien figurez-vous que ce personnage somme toute assez charismatique, a décidé il y a quelques mois de cela, de se lancer dans la grande aventure de l'internet?
Il acheta donc un PC portable, et s'en suivit un long débat sur le choix du fournisseur d'accès.
Plusieurs essais différents le conduirent à opter pour une freebox, Alice étant désespérément une blonde sans cervelle, bête à manger du foin (sourcipouf ?)
Jamais alors je n'aurais pu imaginer qu'il puisse se produire cette étonnante rencontre...
Je m'explique : voulant graver un CD sans terminer la session, papou s'entêtait à vouloir Demarrer>fermer la session, espérant ainsi pouvoir en changer les paramètres.
Comment, je vous le demande, aurais-je pu imaginer qu'il tomberait sur pudep-yeah ?
Réponse : je n'aurais pas pu. Jusqu'à ce qu'il me demande (ndlr : par msn !) "Alors comme ça Cyrièle tu es heureuse et épanouïe ?" (rapport à un précédent poste aux accents anglophones).
Vous comprendrez donc certainement pourquoi je ne peux plus me permettre à présent de vous narrer sans censure mes folles soirées parisiennes, et mes projets tout aussi rocambolesques, sans doute concrétisés par la fréquentation de quelques suicide girls dont j'aime déjà la compagnie. Cette "amitié naissante" me donne comme l'envie de cacher mes tétons, coiffée d'un sac en plastique Monoprix biodégradable.
Comprenne qui pourra.
Certes, dans un souci de bonne figure vis-à-vis de mon entourage familial, raison était de modérer certains de mes propos. Sans compter que mon entourage professionnel commence également à fréquenter ce lieu.
Pour conclure sur ce sujet, et en attendant de trouver un compromis afin que je puisse continuer à m'exprimer librement, je tenais simplement à user de cette notoriété ponctuelle, et pour le coup bien utile, pour passer une annonce : "la personne se sentant manifestement obligée de tremper la poignée des toilettes après chaque utilisation pourrait-elle, je la prie, penser à s'essuyer les mains avant d'ouvrir la porte ? Ce serait gentil. J'ai toujours eu du mal à saisir une poignée de WC encore dégoulinante de." ("il semblerait que vous n'ayez pas terminé votre phrase")
En vous r'merçiant

Trucs | Jeudi 4 Mai 2006

post à caractère professionnel

Si on m'avait dit il y a 4 ans, alors que j'esquissais mes premiers post, que mon destin de blogueuse servirait autant ma vie professionnelle, je ne l'aurais pas cru. Ou bien j'aurais archivé mes post depuis le début.
Quoi qu'il en soit, dans ma bien-aimée boîte de com. parisienne, nous sommes en charge de créer une anim. pour la sortie du nouvel album d'une jeune artiste à la verve taquine, au propos incisif, bref qui ne "mâche pas les mots" ;)
Dans l'optique de créer un événement mettant en scène des jeunes femmes possédant plus ou moins les mêmes caractéristiques, c'est à de jeunes et pétillantes blogueuses que nous faisons appel:

Vous avez plus ou moins 25 ans? Vous êtes jolie, glamour et pétillante? Vous avez envie de participer à une opé fantastique pour une maison de disque?
Une expérience fun et originale (oh comme je vends bien mon produit...) et raffler au passage quelques albums ?


Dans ce cas, mailez-moi, et je vous ferai part des détails de l'opération (dans les grandes lignes: shooting photos de 5/6 nanas qui, sur leur t-shirt se verront - post prod - afficher dynamiquement un des leitmotiv de l'album -> dans l'esprit | Puis rencontre avec l'ariste autour d'un petit apéro)

Cerise et moi-même sommes déjà de la partie.

Trucs | Vendredi 28 Avril 2006

check la propal asap, tu m'call et on s'fait un dej

La com. c'est un monde à part. Une sorte de dimension parallèle pour l33t VIP.
Je veux dire, quand quelqun dit qu'il travaille dans la com, il s'autocolle systématiquement une étiquette de fashion people, friand de soirées hypes dans les boîtes les plus hudges de la capitale. Le top du top étant bien sur de figurer sur la liste, acompagnée d'une blondasse physiquement intelligente répondant au nom de "elle est avec moi".
Bosser dans la com c'est un peu génétique; je m'explique.
Le communiquant il porte la com sur lui, il possède le feu sacré et l'amour du débrief.
Il parle franglais, est souvent super maniéré, et ne jure que par Tony&guy, bien qu'au fond il soit tout a fait conscient qu'en sortant de la il ressemblera à un joueur de football espagnol des années 90.
Car le communiquant n'est pas forcément con (pas forcément). Certains même sont plein d'humour, le tout étant de savoir où se situe la limite entre la blague drôle, et la blague de trop (qui, au demeurant, peut tout à fait être drôle, c'est en ça que réside toute la subtilité de la chose).

Toujours est-il qu'hier, alors que je fréquentais une salle pleine de futurs communiquants à l'occasion d'un concours, je fus frappée par cette caricature des 3 profils caractéristiques de ce milieu;

Le premier, le plus fashion de tous, l'individu du type "chef de projet".
Véritable homme caméléon, le chef de projet se doit de connaître tout le monde.
Comme il est d'usage dans la com, il tutoies ses pairs, et même ses impairs, si bien que parfois, le chef de projet ennerve l'individu du type intelligent par son aisance malplacée et sa familiarité exacerbée.

Ensuite, le second, l'individu du type infographiste. l'artiste quoi, le DA. Celui qui a appris à commencer ses phrases par "C'est paaas maaaaal, mais...", et les finir par "ça c'est cheum". Il emploit à outrance le verbe "caler" ex:"tu vois ta typo elle est pas calée". Ma fois, mets-y un bout de bois et on en parle plus.

Enfin, le dernier type de communiquant, le développeur. Paradoxal? oui je vous l'accorde. Il est vrai que , littéralement, le développeur n'a rien d'un communiquant. le développeur est même l'antithèse de l'homme qui communique. Les mains dans son code, le cul sur sa chaise et une tête de cul, le geek par définition s'emerveille dans un monde binaire de prédicats et de variables de sessions.

Autant dire que l'univers de la com se divise en 3 catégories: les fashion people, les excentriques people, et les ugly people.
En ma qualité de chef de projet, je vous le confirme: la vie est parfois injuste.

A ce propos, je vous ferai part dans les jours qui suivent d'une opé. qui se précise et dont je vais prendre charge, alliant musique, technique et blogueuses sympathiques (oui je sais,la rime en ique est facile, et je vous laisse le soin d'agrémenter mes propos de vos blagues grasses et tendancieuses), et je proposerai aux plus glamours d'entre vous de participer à cette aventure extraordinaire. En clair, si vous êtes jeune, et que vous travaillez dans la com. en tant que chef de projet ou graphiste (et encore, uniquement si vous êtes bien calée), que vous aimeriez participer à une opé fantastique autour d'une artiste pour une maison de disque, et bien contactez moi, je vous emènerai manger japonais dans le 5ème et je vous offrirai un album dédicacé de chut chut pas de nom l'artiste le plus en vue du moment.